temperatures de vaporisation

Comment personnaliser l’intensité de votre session en jouant sur les réglages de température de votre vaporisateur ?

[Total: 1    Average: 5/5]

De nombreux consommateurs de cannabis pensent que la personnalisation de leur high ou défonce liée au THC présent dans le cannabis est limitée aux variétés qu’ils ont sur leurs étagères, mais la température utilisée en vaporisation est un facteur tout aussi important.

Pensez au contrôle de la température comme la clé pour déverrouiller n’importe quel effet qu’une variété de cannabis peut vous offrir. Une variété riche en CBD (non toxique, relaxant, antiépileptique), par exemple, doit être chauffée jusqu’au point d’ébullition du composé à 180 °C si l’on veut en tirer des bénéfices. De même, le terpène-linalol relaxant n’est libéré que lorsqu’il atteint 198 °C. La température peut également déterminer l’intensité d’une variété : des températures plus élevées ont tendance à exagérer les effets, tandis que des températures plus basses fournissent une expérience plus douce, et apaisante.

Ce type de personnalisation n’est pas possible en fumant via la combustion traditionnelle. Lorsque vous apportez un briquet sur votre foyer, vous brûlez du matériel végétal qui produit de la fumée, du dioxyde de carbone et d’autres sous-produits nocifs. La température est suffisamment élevée pour activer le THC et d’autres composés, mais cette « approche draconienne » n’est pas très efficace, car de telles températures élevées peuvent aussi détruire les cannabinoïdes et terpènes volatils, mais pertinents.

Sachant que le cannabis a une variété de composants précieux avec différents points d’ébullition, je voulais voir comment la température affectait l’expérience globale ressentie par différentes variétés. En alignant une rangée de flacons de variétés comme des éprouvettes, j’ai allumé mon fidèle Mighty et j’ai commencé à jouer le savant fou.

Basses températures pour des effets fonctionnels et lucides

155 °C à 165 °C : Recommandé pour : euphorie légère, concentration, productivité, relaxation subtile.

avant et apres vaporisationIl y a un moment et un endroit pour se défoncer, mais parfois tout ce dont vous avez besoin est le petit coup de pouce de votre cannabis. Pour les jours où un soulagement édifiant est nécessaire à l’exécution de vos tâches, la clé d’un buzz fonctionnel et productif est l’évaporation à basse température.

J’ai chargé mon bol et j’ai réglé mon vaporisateur Mighty à 160 °C pour libérer trois composants clés : le terpène-pinène qui élève et qui alimente le foyer ; le terpène caryophyllène anti-inflammatoire à saveur de poivre ; et, bien sûr, le commandant en chef psychoactif, THC. Malgré les niveaux élevés de THC, la vaporisation à cette température ne m’a pas fait me sentir drogué du tout. Au lieu de cela, je suis resté extrêmement alerte et en plein contrôle de mes facultés. La saveur était un subtil mélange d’herbes et de pin, mais il manquait certainement les saveurs fortes que l’on trouve à des températures plus élevées.

En augmentant la température à 165 °C, la défonce est devenue un peu plus intense, mais les tâches et la concentration étaient encore tout à fait gérables. La plage 143-165 °C semble convenir parfaitement à ceux qui veulent rester productifs et fonctionnels, novices en cannabis, et/ou toute personne sensible aux effets secondaires du THC (vertiges, paranoïa, sécheresse des yeux/de la bouche, léthargie, etc.).

Températures modérées pour un high équilibré

165 °C à 188 °C : Recommandé pour : euphorie modérée, conscience sensorielle accrue, humeur élevée, relaxation fonctionnelle.

Plus la chaleur augmente, plus le THC devient volatile et plus l’effet devient intense. Cette plage intermédiaire — 165 °C à 188 °C — produit des effets plus euphoriques qui aident à améliorer l’humeur, à stimuler le rire et à stimuler l’appétit. C’est plus fonctionnel que lorsque vous dépassez la température de 188 °C, mais vous commencerez certainement à sentir la défonce que les basses températures vous ont épargnée.

Historiquement, 185 °C a été pour moi l’idéal (je ne l’oublierai jamais parce que la première fois que j’ai pris de la vapeur, mon ami a lu l’écran sur la machine et a pensé qu’il était 18:50). J’ai toujours aimé la combinaison de l’euphorie domestiquée avec la relaxation subtile et la concentration que l’on retrouve à cette température. J’ai augmenté mon Mighty à 185 °C. La vapeur était plus pleine que 165 °C, et la saveur était parfaitement fruitée avec de la réglisse vanillée sucrée. Ses effets étaient clairement différents de ceux de l’expérience à basse température : mes pensées sont passées d’un rythme de course irrégulier à un rythme de marche détendu, ce qui m’a permis de me détendre et de me concentrer.

Que vous vous détendiez avec un livre, que vous fassiez de l’exercice, que vous socialisiez, que vous nettoyiez ou que vous jouiez à des jeux vidéo, ces températures modérées fournissent la plupart des cannabinoïdes et des terpènes que vous voulez sans rendre complètement volatile le THC — je connais beaucoup de gens qui en veulent autant que possible, mais pour les autres il faut atteindre un équilibre prudent de clarté de l’esprit et d’augmentation de bonheur.

Températures élevées pour une euphorie et une détente intenses

188 °C à 221 °C : Recommandé pour : euphorie intense, sommeil, relaxation intense, méditation.

Pour le dernier mode de décarboxylation THC, montez la température à plus de 188 °C. À ces températures élevées, vous obtenez des terpènes comme le linalol (apaisant, soulageant l’anxiété) et des cannabinoïdes comme le THCV (énergisant, coupe-faim), mais gardez à l’esprit qu’ils approchent du territoire de la combustion. Vous remarquerez peut-être même que la vapeur devient plus fumeuse et plus dure sur vos poumons.

Durban Poison est un sattva sud-africain connu pour son taux élevé de THCV, un cannabinoïde hautement psychoactif connu pour affaiblir l’appétit (oui, affaiblir). Coïncidence, j’avais cette variété dans ma collection la semaine dernière, alors j’ai décidé de la cuire à 221 °C pour voir si je me sentais plus « énergisé » qu’à une température inférieure.

Pour moi, la réponse a été un oui catégorique. J’ai fini d’inhaler le sac à vapeur Durban Poison (il est allé un peu trop loin) et je l’ai partagé avec mon colocataire quand j’ai réalisé à quel point il était défoncé après avoir tiré quelques coups. Je me suis arrêté à la cuisine en sortant et j’ai jeté un coup d’œil à ces donuts au chocolat à l’ancienne — ceux que l’on mange normalement comme du pop-corn après s’être défoncé.

La chauffe via convection du Mighty indique une température élevée — 199 °C pour être précis — était une tout autre histoire. Vos muscles fondent, vos paupières deviennent lourdes et vos pensées sont enveloppées d’une agréable brume mentale qui vous permet de tomber facilement dans un état de calme et de méditation. Je ne peux pas dire avec certitude s’il s’agit du linalol gagné à 198 °C ou du THC plus volatile, mais cette variété était plus lourde à des températures plus élevées et nettement plus sédatives que le Durban Poison quand elle était vaporisée à la même température.

Ceci nous amène à la considération finale et la plus évidente lorsqu’il s’agit de personnaliser une expérience : la variété d’herbe utilisée.

A propos Sylvain

Sylvain est un vapoteur de longue date qui vous fait partager ses connaissances dans l'univers de la vaporisation. Sur son temps libre, il aime s'adonner à sa passion pour les voitures et la mécanique et pour tout ce qui touche au digital !
Lire tous les posts de l'auteur Sylvain